---------------------ADLM (l'Art Dans Les Murs)


Les images ci-contres sont prises des palissades qui qui ont entouré le chantier de la banque Safra
en l'île au coeur de Genève.
Peintures provisoires, elles montrent les rôles possibles de la peinture murale.
Ce style, appelé abstraction lyrique a été utilisé pour la décoration des passerelles du Pont de la Machine, mais aussi pour la palissade de la villa Moynier à la perle du lac. Dans les trois cas il n'y a eu aucun tag ou graffiti tout au long de l'année, contrairement aux palissades laissées non décorées. 
On voit bien qu'il ne s'agit ni de bande dessinée, ni d'image de graphiste, mais bien de peinture.



UNE STRATÉGIE D'INTÉGRATION DES ARTS PLASTIQUES POUR TRANSFIGURER L'ESPACE URBAIN.


Artistes et artisans au travail dans l'espace public,
grâce à un nouvel usage de l'esquisse,
cœur du savoir-faire de l'atelier urbain,
lui-même installé dans les cheminements piétons.


Nous oeuvrons selon les nouvelles normes de l'économie
solidaire et sociale, dans trois champs :
________________________________ 1) L’ART
________________________________ 2) LES STRATEGIES DE REHABILITATION URBAINE
________________________________ 3) LE SOCIAL 

L’unification de ces trois pôles lui a valu d’être gratifié en 1992, pour la création de son atelier urbain à Pula (Croatie) du Label « Décennie Unesco » qui salue "l'intégration des facteurs culturels aux stratégies de développement".


COMMENT PARTICIPER ?

En devenant membre-ami, vous recevrez 4x par années deux photestampes et l'information. (voir contact)


La lecture du projet ADLM permet de se faire une bonne idée des intentions du groupe Vaisseau pour la prochaine décennie.










 

Le projet ADLM (l'Art Dans Les Murs)

.
Il est facile de comprendre que l'atelier urbain peut être utile à la réhabilitation urbaine.
Il est moins facile de comprendre en quoi l'ESQUISSE ouvre et sur l'art et sur le social. .

L'esquisse est liée à un geste qui fait appel à l'intimité, donc à l'âme. C'est par l'âme que l'art se distingue des autres créations. C'est aussi par l'âme que l'esprit de participation est authentique, donc vraiment social. L'aliénation est le fait d'être "étranger à son âme". Le corps et l'esprit existent. l'âme est à créer.

C'est pour ce travail d'esquisse naturel au monde artistique que que les arts plastiques "à l'ancienne" reviendront sur le devant de la scène,loin devant les arts dits visuels. Pour permettre à cette fonction de se déployer, nous commençons par préciser le sens que nous donnons à certains termes.

1. Un rôle pour les artistes

L'atelier urbain convie les artistes et les artisans à travailler les objets fixes du cadre urbain, en contact permanent avec ses populations.

2.Le piéton


Le piéton ne peut être réduit à un "être vivant qui bouge". S'il a droit à sa sécurité il lui faut plus.
Les états d'âme du piéton, voilà ce qui nous importe.

Le piéton a besoin de confort physique affectif mental et spirituel. Il sent très bien quand son état d'âme s'élève. Il a alors envie de le partager.

3.Les objets

Les objets : dangereux, confortables, sûrs sain merveilleux ou délicieusement placés...

Il sera beaucoup question d'objets rivés au sol, sur des parois, dans l'espace: objets fixes, minéraux et végétaux qui forment notre cadre de vie, au sens physique du terme. Ils sont le matériaux sur lequel travaillent les artistes.

4. Les objets et l'âme

La cohésion sociale est-elle nécessaire? Peut-on imaginer un meilleur "vivre ensemble" sans résonance avec l'âme ?
Nous concevons les objets comme instrument participant à la création des âmes, témoins de ce travail et toujours disponibles à de nouvelles transfigurations.
Il nous faut un cadre de vie considéré comme nôtre, notre affaire parce que c'est nous les citoyens collaborant avec les artistes qui le créons, le transfigurons, le modelons. 

Nous proposons ce nouveau travail en installant des ATELIERS URBAINS.


 

Cette installations permet aux artistes et artisans de travailler sur place tout au long de l'année..

Apportant la richesse oubliée des arts plastiques, grâce à un nouvel usage de l'esquisse, nous nous associons à ceux qui postulent une transfiguration de l'espace urbain ou rurbain.

Cadre de vie pour l'âme et les âmes.


L'espace public est par excellence, l'espace du partage. La qualité de cet espace peut devenir celui des âmes qui se constituent, se construisent, se créent, dans la mesure où il devient peu à peu lui-même matériaux modelé par les populations qui en usent.

 

matériel et social

Ce travail est très matériel mais aussi social.
Le facteur humain y prend toute sa dimension autant à l'interne (dans l'atelier) qu'à l'externe (avec tous les protagonistes de l'espace urbain).

Les arts plastiques

On a fait glisser les arts-plastiques dans les arts visuels, centrés sur l’image, ou alors dans l'architecture. Nous revendiquons une place autonome : Les arts plastiques sont attachés à la matière et à la main, ils sont liés à une évolution lente et progressive, par un travail d'esquisse et de stratification. Leur fonction naturelle les place dans la formulation de formes liées à la matière mannipulable. Leur rôle n'est pas obligatoirement de scandaliser la bourgeoisie, elle est plutôt de modeler les matières pour intensifier les résonnances harmoniques d'un espace. S'il y a un message, il s'adresse à l'âme.
Les arts plastiques, riches d’une tradition d'au moins 30.000 ans qui a très peu évolué par ses outils essentiels (mur, main, bâton, pinceau, pigments, masse, colle et quelques outils) et qui à l'ère du Cromagnon ont déjà installé la différence entre les signes abstraits et les signes icôniques, ces arts plastiques sont appelés, de par leur souplesse et simplicité à agir par la main, à se redéployer en travaillant sur le cadre dont les urbanistes et architectes ont tracé les grandes lignes.

aliénation ou identification




Les interventions du Vaisseau sur des places ou dans des passages publics ont pour effet de repousser l’action des graffiti ou tags et d’augmenter la responsabilisation des usagers face à leur cadre de vie. Cette action est renforcée par leur participation plus ou moins directe à la réalisation de l’œuvre (ou simplement par la proximité du travail), puisqu'il est réalisé au vu de tous. Le mur devient « mon » mur pour celui qui y a peint ou qui a suivi de près le travail.

L'appropriation de l'espace public par les habitants et les usagers devient vraiment positive quand cet espace commence à avoir une âme, à plus forte raison quand on a le sentiment de l’avoir fait surgir ensemble.

Du travail pour les artistes-plasticiens.

Le projet ADLM est l'occasion de redonner aux artistes plasticiens un travail normalement intégré dans le développement de notre ville.

Puis-je rappeler qu'il n'y a pour l'instant aucune "place ou fonction normalement insérée dans nos structures administratives, institutionnelles, sociales pour les créateurs en art plastique. Cette situation dure depuis 1848.Toute personne qui affirme le contrarie est l'ignore ou ment.

Le site devrait permettre de suivre en direct le travail du groupe Vaisseau. Association reconnue de bien public, visant par ses statuts le travail en espace public au service du public, attend depuis plusieurs années la possibilité de s'installer normalement dans une arcade. Cela dépend du bon vouloir de la gérance immobilière de la Ville de Genève. 

Adresse

Antoine Piron-Meyer_________________ 079 678 29 17
1, place de l'île- 1204 Genève__________+41 22 311 54